Savoir interviewer

De Forge du projet Territoires Sonores
Aller à : navigation, rechercher
ACCUEIL DU SITE - Les guides des Baladocréateurs sonores : La technique du baladocreateur sonore organisé - Savoir interviewer - Un ordinateur adapté au montage son - Choisir son micro - Choisir un casque - Autour du son - Ressources sur le net - Les enregistreurs - Les connectiques - Les batteries - Fiche type des guides - Montage Audacity


Le travail préparatoire


Déterminer le type d'interview que vous souhaitez faire :

L'interview que vous souhaitez réaliser peut-être construite autour de cinq angles.

  • L'explication : si vous souhaitez que l'interlocuteur vous parle d'un sujet donné
  • Le portrait : afin de montrer le parcours et la personnalité de l'interviewé
  • Le témoignage : en vue d'obtenir le récit d'un évènement
  • La déclaration : dans le but de collecter une parole sur un évènement récent
  • Le micro trottoir : avec pour objectif de capter le reflet de "l'opinion publique" à propos d'un évènement. Deux ou trois questions suffisent.

Choisir son mode d'interview

Une fois le type d'interview choisi, déterminer le mode d'interview, c'est à dire l'orientation de l'interview.

  • l'interview non-directive : qui n'utilise que très peu de questions. Elle suscite l'envie de parler :"Et alors comment c'était à cette époque..."
  • l'interview directive : qui n'utilise que des questions, plus ou moins ouvertes
  • l'interview semi-directive : qui mélange questions (afin d'aiguiller la conversation) et reformulations (qui enrichissent l'interview).

Adapter ses questions

  • Questions fermées : Réponse par oui ou non

Ex : « Etes-vous pour la construction du nouveau port de plaisance ? »

  • Questions à choix multiples : La réponse est induite.

Ex : « Etes-vous pour l'ouverture d'une boucherie ou plutôt pour celle d'une boulangerie ? »

  • Questions semi-ouvertes : Réponses brèves et précises.

Ex : Ces questions commencent en général par les termes interrogatifs suivants: « Combien ? Qui ? Quand ? Où ? »

  • Questions ouvertes à champ large : Réponses détaillées, explications, justifications...

Ex : Que pensez-vous de la construction d'un port de plaisance ?

ATTENTION !
Mal formuler sa question, via une question fermée par exemple, peut limiter l'interlocuteur dans une réponse lapidaire qu'il aurait put développer à souhait par ailleurs. Plutôt que «Aimez-vous aller à la plage », un « Qu'est ce qui vous plaît à la plage ? » amènera plus d'informations...

Organiser son interview

  • Choisissez un angle général précis et structurez votre entretien en conséquence
  • Dans votre liste de questions, donnez la priorité chronologique à celles les plus importantes
  • Documentez-vous un minimum sur le sujet (la pêche dans un village côtier par exemple...)
  • Informez-vous sur votre interlocuteur avant de le rencontrer (ses titres, ses fonctions exactes...)
  • Evaluez la durée de l'interview

Le déroulement de l'interview


Vous devez :

  • arriver à l’heure. Un retard peut être perçu comme un manque d'intérêt
  • vous présenter et expliquez à la personne le sens de votre démarche et la finalité de celle-ci (modes de diffusion, etc...)
  • annoncer le temps que durera l'interview à l'interlocuteur
  • choisir un endroit calme et confortable où l'on risque pas de vous interrompre
  • vous mettre à la place de l'interviewé. Essayez de le mettre à l'aise en échangeant avec lui de manière informelle avant de commencer
  • ne poser qu'une seule question à la fois
  • évitez que les protagonistes ne parlent en même temps, si vous faites une interview croisée. Bien que temporairement, l'effet peut donner du dynamisme à l'interview
BON A SAVOIR !
Un peu de psychologie...

Gardez à l'esprit que le langage gestuel exprime nos sentiments et apparaissez détendu. La personne vous renverra la même chose par effet de miroir.

De la même manière, si la prise doit être longue, prévoir un verre d'eau pour l'interviewé est à la fois pratique et un geste de sympathie.

Vous ne devez pas :

  • reposer les mêmes questions.
  • oublier que vous êtes là pour capter une parole et pas pour donner votre propre avis des choses. A moins d'être dans une situation où la polémique est intéressante
  • hésiter à reformuler la question si la réponse n'est pas assez précise, détaillée
  • avoir peur des silences
  • ne pas chevaucher votre voix avec celle de l'interlocuteur si vous ne désirez garder que les réponses. Essayez dans ce cas de faire en sorte que la personne re-insère la question dans sa réponse

Quelques petits trucs du métier

D'après talk.transom.org

  • Quand la personne semble s'arrêter de parler, attendez quelques secondes avant de poursuivre. Afin de ne pas chevaucher la petite phrase "qui va bien" et qui arriverait en sus
  • Ne prétendez pas en savoir plus qu'en réalité. Feignez même l'ignorance ou jouez les candides pour recueillir le maximum d'informations
  • Essayez de recueillir des anecdotes qui dynamisent le récit. Notamment en fin d'interview, quand les personnes sont relaxées.

A la fin de l'interview

  • A la fin de l’interview, vous pouvez demander à la personne si vous avez oublié de poser une question ou si elle a quelque chose à ajouter. En fonction du sujet, vous pouvez aussi lui demander de résumer ce qu’elle vient de dire.

En conclusion


  • La réussite de l'interview dépend beaucoup de sa préparation, ainsi que de l'approche du sujet (thème) et de l'interviewé. La part de psychologie à mettre en oeuvre pour arriver à vos fins est à trouver aussi, au delà des éléments cités plus haut, dans votre propre personnalité.

Ressources


Pour les francophones :

  • "Faire dire" – L’interview à la radio-télévision, par Claude Sauvé en collaboration avec Jacques Beauchesne, préface de Jacques Languirand, éditions Les Presses de l’Université de Montréal, 2000, 247 pages.

Pour les anglophones :

Vous y trouverez, notamment, un son de 5 minutes appelé "Interviewing Guide - The Art of Interviewing".

Voir les pages de la rubrique Radio Collège sur le site de "l'association des indépendants dans la radio" (AIR) :

Tous les textes sont disponibles sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL). Auteur : Territoires Sonores - http://www.baladocreateurs.net